Toile coréenne

Le blog 100 % cinéma coréen contemporain

The Fake

La Corée n’est pas connue pour ses dessins animés. Peu d’œuvres pour adultes sont arrivées jusqu’à nous (Wonderfull Days de Kim Moon-saeng et Mari Iyagi de Lee Sung-gang sont les deux seuls connus des amateurs à ma connaissance). Que vaut donc The Fake ?

  • Date de sortie en Corée : novembre 2013. Inédit en France. Présenté au 9e Festival du film coréen à Paris (2014).
  • Genre : animation, thriller, drame.
  • Écrit et réalisé par : Yeon Sang-ho
  • Note : The Fake est aussi connu sous son nom coréen, Saibi.

The_Fake

Distribution :

  1. Kim Min-cheol, doublé par Yang Ik-june
  2. Sung Cheol-woo, doublé par Oh Jung-se
  3. Choi Gyeong-seok, doublé par Kwon Hae-hyo
  4. Kim Young-sun, doublé par Park Hee-bon

The-Fake_portraits

Alcoolique hérétique

Kim Min-cheol, poivrot peu recommandable d’un caractère violent, est rudement malmené par un homme lors d’une altercation dans un bar. Amené au commissariat alors que son agresseur s’est enfui, il croit le reconnaître sur une liste de portraits de criminels recherchés. De retour dans son village, qui sera bientôt enseveli sous les flots à cause de la construction d’un barrage, il découvre que son tortionnaire, Choi Gyeong-seok, se fait passer pour un homme de foi auprès des villageois, et a fondé une église à la sortie du village, à l’aide d’un jeune pasteur naïf, Sung Cheol-woo, afin d’extorquer aux habitants leurs indemnités de relogement contre la promesse d’aller au Paradis. Mais personne ne veut prêter crédit à un voyou tel que lui et Min-cheol va devoir se venger, et mettre fin à l’arnaque, par ses propres moyens.

Le chemin vers le Paradis est semé d’embuches

Le thème très mature du récit et la réflexion qu’il propose sur le phénomène des sectes font de The Fake un film d’animation très original, servi par un chara-design de toute beauté et une animation irréprochable (notamment durant les scènes d’action, pleines de tension et de nervosité). Les processus de manipulation des esprits tels qu’ils apparaissent, à grand renfort d’eau miraculeuse, de sermons pseudo-chrétiens, de guérisons de maladies incurables lors de cérémonies religieuses endiablées, sont rudement efficaces auprès des villageois trop naïfs, qui se raccrochent à l’espoir de jours meilleurs que leur apporte la foi en ces moments difficiles (la destruction prochaine du village, la tuberculose d’une croyante, l’impossibilité pour Young-sun, la fille de Min-cheol, de s’inscrire à l’école qu’elle vise à cause de son père, qui lui a volé l’argent qu’elle avait eu du mal à amasser pour payer ses frais de scolarité, etc.). La noirceur de la quasi totalité des personnages crée un tableau sans concession qui assurément ne peut pas déboucher sur un happy ending.

Malgré des qualités évidentes, The Fake possède trop de défauts, qui rendent son visionnage parfois difficile. Un récit qui tourne en rond, des scènes qui se répètent (Min-cheol se fait tabasser par les gros bras de Gyeong-seok, tente de se venger, se fait à nouveau battre, etc. ; Min-cheol crie sur sa fille, celle-ci pleure, Min-cheol revient crier à nouveau sur Young-sun, qui se met une fois de plus à pleurer, etc.) et beaucoup trop de longueurs ennuieront jusqu’au spectateur le plus motivé. Mais c’est surtout le personnage de Min-cheol qui pose problème. Trop caricatural, il passe son temps à hurler, et est doublé par une furie qui surjoue (autant vous dire que vous aurez du mal à échapper au mal de crâne à force de l’entendre). Si on ajoute à cela qu’il est difficile d’éprouver de la sympathie pour ne serait-ce qu’un personnage (un Min-cheol plus mesuré, qui prend conscience de ses défauts et de ses erreurs passées aurait grandement amélioré la qualité du long-métrage), on comprend qu’il est difficile de ce plonger corps et âme dans l’intrigue, et au final, on regarde The Fake d’un œil lointain. Dommage, car les films d’animation aux propos matures sont rares, et The Fake promettait, sur le papier, tous les ingrédients pour offrir au spectateur une expérience agréable et troublante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 novembre 2014 par dans Animation, Drame, Films, Thriller.

Navigation

%d blogueurs aiment cette page :